Vecoret

En bref: un traitement stimulant pour le TDAH peut pas augmenter le risque de toxicomanie

Une étude publiée en Mars 2008 prévoit plus de preuves que les enfants qui prennent des stimulants pour traiter le déficit d'attention avec hyperactivité (TDAH) ne sont pas à risque accru de développer la toxicomanie des problèmes plus tard.

Des chercheurs de Harvard affiliée à l'Hôpital général du Massachusetts réévalués 112 jeunes hommes, âgés de 16 à 27, une décennie après avoir été diagnostiqués avec le TDAH. Au moment de la réévaluation, 73% des jeunes hommes ont dit qu'ils avaient été traités avec des stimulants dans le passé, et 22% étaient encore sur un médicament stimulant. Les chercheurs ont également utilisé des outils standard pour évaluer les symptômes psychiatriques et a demandé si les hommes avaient déjà consommé de l'alcool, le tabac, et une variété de médicaments, y compris la marijuana, la cocaïne, les amphétamines, sédatifs, et de stéroïdes.

Les chercheurs ont comparé les résultats pour les hommes qui avaient déjà été traités avec des stimulants pour l'enfance TDAH avec ceux qui n'avaient pas. Ils n'ont trouvé aucune relation entre le traitement de stimulant passé ou actuel et l'usage d'alcool, de tabac ou de drogues. L'âge auquel les jeunes hommes ont commencé le traitement stimulant a également eu aucun effet sur la consommation d'alcool, de tabac ou de drogues de toute nature.

Cependant, il est important de souligner que les chercheurs délibérément exclus les hommes atteints de TDAH et co-produisent des troubles de conduite, que ce profil augmente significativement le risque de toxicomanie plus tard.

Biederman J, et al. "Stimulant thérapie et des risques pour ultérieurement des problèmes de toxicomanie chez les adultes mâles avec TDAH: A 10 ans étude de suivi contrôlée naturaliste », European Journal of Psychiatry (3 Mars 2008): Publication électronique avant impression.